Bio Tissus Vente de textile biologique et équitable au mètre

Blog consacré au bio, et plus spécifiquement aux tissus et textiles bio. Vente en ligne de tissus et articles en textile bio

24 janvier 2015

Des accros au shopping découvrent l'envers du décor

Sweatshop Deadly Fashion, est un docu-réalité norvégien qui a suivi pendant un mois trois accros au shopping en immersion dans une usine de textile aux alentours de Phnom Penh, au Cambodge.

 

sweat shop

Ils habitent en Norvège et sont accros au shopping. Et surtout, ils ont été envoyés pendant un mois à Phnom Penh, au Cambodge. Et pas pour une fashion week, mais pour découvrir l’envers du décor de l’industrie textile pour les besoins d’un web-documentaire norvégien intitulé “Sweatshop Deadly Fashion” réalisé par Joakim Kleven et diffusé en avril 2014 sur le site Aftenposten.

 

Ce n’est qu’une fois arrivés là-bas, que les trois fashion addict ont réalisé l’ampleur des dégâts... Anniken Jorgensen, Frida Ottesen et Ludvig Hambro ont découvert avec effroi dans quelles conditions de travail étaient confectionnés les vêtements de grandes marques comme H&M, Mango ou encore Gina Tricot. Produire plus pour le moins cher possible. 

 

Horaires interminables, salaires misérables, des ateliers de confection à la chaleur étouffante, le bruit incessant des machines à coudre… Anniken, Frida et Ludvig déchantent vite. Fatigués moralement et physiquement, ils ont vécu un mois éprouvant et ont souvent craqué. En janvier 2014, pendant le tournage, Anniken témoignait sur son Instagram : ”Cette nuit, j’ai dormi dans cette maison minuscule. Ma salle de bain est plus grande que ça ! [...] Le réveil a sonné à 5h30. Nous nous sommes levés avec un énorme mal de dos pour aller travailler. J’ai cousu des habits pendant 8 heures. J’ai gagné quatre dollars. Nous sommes des enfants gâtés. J’ai honte.”

 

De retour du tournage, Anniken, Frida et Ludvid, encore très marqués, ont décidé d’aider les travailleurs en rencontrant les responsables de l’usine et ont dénoncé Aftenposten qui refusait de diffuser les conditions de travail auxquelles étaient confrontés les employés dans les usines produisant pour H&M. Frida est allée rencontrer les dirigeants de l’entreprise suédoise. Comme l'explique Le Vif, même si le programme a été critiqué en Norvège, il a donc tout de même permis de rouvrir le débat sur "l'exploitation d'une main-d'oeuvre bon marché et de ses conditions de travail" par des grands groupes industriels européens et américains. Les cinq épisodes de “Sweatshop” sont disponibles gratuitement sur le site d'Aftenposten (http://www.aftenposten.no/webtv/serier-og-programmer/sweatshop/) ,  avec des sous-titres en anglais.


Commentaires

Poster un commentaire